HYPERTENSION ARTÉRIELLE

HYPERTENSION ARTÉRIELLE

La tension artérielle mesure la tension exercée par le sang sur les parois des artères. Elle correspond à deux mesures : celle de la tension exercée par le sang sur les artères lors de la phase de contraction et d’éjection des oreillettes et des ventricules (pression systolique) et celle exercée lors de la phase de remplissage des cavités cardiaques (pression diastolique).

Les facteurs de risque

Les facteurs de risque de l’hypertension artérielle sont assez nombreux :

  • obésité
  • tabac
  • âge : la fréquence de l’hypertension artérielle augmente avec l’âge
  • alimentation (alimentation riche en sel, graisses alimentaires)
  • alcool
  • hérédité (antécédents familiaux d’hypertension artérielle)
  • stress
  • manque d’activité physique

Traitement de l’hypertension

Chez la plupart des patients, l’hypertension n’est pas un facteur de risque cardiovasculaire isolé. Elle fait partie d’un ensemble de phénomènes pathologiques qui, réunis, constituent le syndrome métabolique (dyslipidémie, obésité, résistance à l’insuline, diminution de la tolérance au glucose et hypertension). Une hyperactivité sympathique est à la base de ce syndrome.

Ces différents facteurs augmentent le risque de développer une atteinte rénale ou des maladies cardiovasculaires tels qu’infarctus du myocarde, l’AVC, la maladie coronarienne et l’hypertrophie ventriculaire gauche.

Le traitement de l’hypertension est dès lors plus qu’une simple normalisation des valeurs tensionnelles ; ce traitement doit comporter une approche globale des divers facteurs de risque cardiovasculaires qui englobent le syndrome métabolique.

Une nouvelle classe d’antihypertenseurs à action centrale répond à cet objectif : les SIRA. La moxonidine est un agoniste sélectif des récepteurs I1 de l’imidazoline. Sa liaison sélective aux récepteurs I1 de l’imidazoline centraux diminue l’hyperactivité sympathique souvent associée à l’hypertension artérielle.

PATHOLOGIES MEDICALES